In situ au fil du temps

In situ au fil du temps

« In Situ au fil du temps », met en scène une année de rencontres. Il y a un an, lorsque le Département de la Seine Saint Denis me propose une résidence itinérante afin de donner à voir ce qui se passe dans dix collèges du territoire, je saisis immédiatement que la rencontre sera le mot-clé de mon travail. Ecrivains, chorégraphes, metteurs en scène, cinéastes, musiciens, plasticiens, journalistes et ethnologues sont impliqués afin d’ouvrir une fenêtre sur l’univers scolaire. Ils sont chacun résident d’un collège du 93 durant l’année scolaire et font comme moi d’incessants va et vient entre cette résidence et leurs autres activités. J’étais « l’artiste itinérant », ainsi, je me suis rendu dans les collèges environ 70 fois durant l’année scolaire et réalisé 10 interviews d’adolescents au cœur de leur intimité. J’ai abordé mon travail en privilégiant l’apport de la culture dans l’éducation et en tentant de ne pas trahir les signes de l’adolescence. En écho à ma propre sensibilité, un mot clé : « rencontres » sonne comme un mot magique, il devient le fil conducteur de mes pensées qui s’ordonnent en une longue liste de mots : penser, bouger, vivre, sourire, rater, pleurer, revendiquer, rire, comprendre, grandir, travailler, flipper, kiffer, refuser, découvrir, danser, téléphoner, langues, ailleurs, l’autre, s’ennuyer, se réaliser, profs, argent, galères, copains, gouter, aimer… Le travail présenté ici n’est pas exhaustif, il tente de donner à voir des moments de vie, des atmosphères et des émotions, issus de ce temps passé auprès des jeunes. C’est une mosaïque de sentiments. Quel impact allait avoir la présence d’un artiste auprès des élèves d’un collège une année durant ? La réponse, je la connaissais déjà mais lors de la restitution de la résidence de Denis Lachaud, je l’ai entendu pour la première fois de ma vie dans la bouche d’une adolescente. Alexane de dire : « On ne sait pas encore ce que cela va nous apporter, on comprendra surement plus tard ». C’est la conscience d’un apport sans savoir en identifier la teneur. Bien malin celui qui pourrait dire quel sera cet apport, tant cela dépend de la personnalité de l’élève, de la relation entretenue avec l’artiste et du contenu du projet qu’il eut à travailler. Pour autant la certitude d’avoir vécu quelque chose d’exceptionnel revient régulièrement dans mes entretiens avec les élèves. Chacun des projets est à l’image de l’artiste en résidence. Les réalisations sont très différentes les unes des autres. Souvent, on me demandait : « Comment ça se passe dans les autres collèges » ? Je ne savais jamais quoi répondre. Pour ma part, je suis passé par toutes les phases : le rire, l’émoi, l’étonnement, et l’ennui. Assis au fond de la classe, j’écoutais, j’observais…Difficile à vivre pour un photographe toujours en action et pour qui les bancs de l’école sont déjà loin. Il y eu beaucoup de temps morts dans ma pratique photographique. C’était le prix à payer pour comprendre et donner du sens à mes images. Au bout du compte, ce temps passé au contact de mes hôtes fût surtout d’un grand enrichissement personnel. Finalement, In Situ était un défi pour mettre en images ces mots qui racontent le monde des ados et dans lequel des artistes viennent prendre un bol de réalité en y déposant un peu d’eux mêmes. Eric Garault Juin 2011

Différentes villes du dépt. de la Seine Saint-Denis, 93