Volatiles

Volatiles

Un jour mon neveu Ramiro me demanda de faire un portrait de lui avec son petit coq. Fier comme Artaban, il posa
les deux mains tendues, me montrant l’animal. J’ai regardé le coq qui semblait s’interroger sur sa situation, il était
beau et avait fière allure…clic clac… ! J’ai immédiatement réalisé que le rapport à l’animal allait m’intéresser. Appelé
la plupart du temps pour photographier des hommes, l’animal est un être vivant avec qui le rapport de communication
est tout autre. Ainsi après avoir réalisé une première série, « Bestiaire », qui constitue une rencontre avec les animaux
de la ferme, j’ai préféré pour cette seconde série « Volatiles » m’intéresser aux gallinacés et autres plumes. La relation
aux volatiles est très particulière, les approcher n’est pas chose aisée car il y a un étrange rapport de méfiance réciproque
qui se traduit par le souffle, les râles, les cris, les battements d’ailes ou les virements brutaux. Dans mon travail,
la proximité à l’animal, tente de traduire cette méfiance… La défiance aussi. La lumière et les couleurs servent les matières.
Plumages, ramages, crêtes et pattes sont autant de parures qu’il convient de mettre en valeurs pour illustrer cette relation
pour le moins particulière et intense. On peut percevoir dans l’expression des bêtes tout à tour une forme d’interrogation,
de menace ou de peur. J’aime à penser qu’il s’agit d’une intrigue qui leur est commune dont le dénouement
ne se révèlera qu’à la fin ! Chacun par son regard et ses attitudes plonge le spectateur dans des sentiments partagés.
Le défilé des volatiles renvoi aux fastes et aux frasques de la société. Ici, je cherche à montrer la dimension importante
qu’il existe entre le photographe et son modèle sans pour autant que celui-ci soit un homme. Je photographie
les animaux en extérieur, dans leur milieu naturel, en essayant de leur rendre leur personnalité à la manière
du portraitiste ambulant. Cet édito qui pourrait trouver sa place dans les pages d’un magazine de mode n’en est pas moins
une véritable réflexion sur l’animalité.